Les biotechnologies blanches, une nouvelle voie pour les biocarburants

Explication et définition

Les biotechnologies blanches, également dénommées biotechnologies de l’industrie ou biotechnologies industrielles ont recours à des micro-organismes, comme les bactéries, les levures, les enzymes, pour la fabrication de produits à usage technique. En effet, de nos jours, il est possible de concevoir des composés chimiques ou biologiques par l’intermédiaire des ressources renouvelables. Certes, les biotechnologies blanches semblent moins connues que les bleues, rouges et vertes mais elles sont très répandues et sont apparues déjà depuis l’antiquité.

Ce domaine de recherche est en pleine expansion aujourd’hui, ce qui présente une nouvelle voie pour les biocarburants, de bio-polymères et de biomatériaux. Il a pour but de produire durablement ces substances à l’échelle industrielle. A cela s’ajoute la situation actuelle où le carbone fossile (hydrocarbures, pétrole, gaz…) se fait de plus en plus rare et le problème de réchauffement climatique qui s’amplifie. Ce sont encore des raisons valables pour se servir de la biomasse comme source de carbone renouvelable.

Utilisation et intérêt pour l’avenir

L’apparition des biotechnologies blanches présente de nombreux intérêts pour la science de l’avenir, si l’on n’énumère que les avantages économiques et écologiques. Les enzymes s’annoncent relativement peu énergivores tout en respectant l’environnement, ce qui n’est pas le cas pour les catalyseurs chimiques. Ainsi, elles s’utilisent souvent dans l’industrie papetière, textile, agro-alimentaire ou la production de détergents. Cette procédure n’est pas vraiment récente car elle a déjà eu sa racine depuis l’époque antique. Comme c’est le cas de la fabrication de la bière avec les levures, ou du tannage des peaux avec les excréments d’animaux (pleins d’enzymes).

Par ailleurs, quelques types de micro-organismes peuvent transformer certaines substances organiques comme les sucres ou les huiles en d’autres gammes de produits. A l’instar du sucre de maïs qui est remanié par des bactéries dans la production de polymère ou de plastique biodégradable, tels sont les enjeux de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *