Les enjeux de la récupération de pluie

Les avantages à récupérer l’eau de pluie

La consommation en eau n’a cessé d’augmenter dans les foyers français. Elle atteint aujourd’hui entre 150 et 300 litres par personne et par jour. La cuve de récupération d’eau de pluie offre ainsi la possibilité de réduire la facture d’eau. Le prix du m3 d’eau coûte en moyenne 3,78 euros avec des variations selon les communes. Alors que l’eau de pluie, elle, ne coûte rien. Par exemple, avec un toit de 50 m², il est possible de récupérer entre 1 500 et 30 000 litres d’eau chaque année. Tout est fonction de la pluviométrie de la région. L’avantage est donc économique.

L’autre avantage indéniable d’une cuve de récupération d’eau de pluie, c’est son aspect écologique. En recourant à l’eau de pluie, vous évitez d’utiliser de l’eau potable pour arroser le jardin ou laver la voiture.

Les différentes types de collecteur

Selon l’usage qu’il sera fait de la récupération de l’eau de pluie, il existe différents modèles. Il peut s’agir d’un collecteur extérieur qui est relié directement aux gouttières de la toiture. Son mode d’installation est ainsi très facile et très rapide. L’autre possibilité, c’est la cuve enterrée. Elle offre un filtrage de l’eau plus avancé et une plus grande capacité de stockage. Il existe des modèles de cuve en béton, de cuve plastique, mais également de cuve souple autoportante. Tout dépend du volume de stockage souhaité et du prix.

Une réglementation précise à respecter

Tout particulier peut installer un récupérateur d’eau de pluie chez lui. L’utilisation industrielle de l’eau de pluie est possible, à l’exception des professionnels qui utilisent de l’eau destinée à la consommation humaine, comme cela est défini dans l’article R.1321-1 du code de la santé publique.

Pour les particuliers, il est possible de raccorder le réseau de récupération de l’eau de pluie avec celui de l’eau potable dans un seul et unique cas précis : si la cuve est le système d’alimentation en eau principal de la maison. Cette cuve doit donc être en permanence pleine mais, s’il n’y a pas de pluie, elle peut être remplie avec de l’eau potable. Mais, l’inverse n’est pas possible. De l’eau de pluie ne peut pas être introduite dans le réseau d’eau potable.

À noter enfin que, dans les bâtiments, toutes les canalisations distribuant ou récupérant de l’eau de pluie doivent être signalées à l’aide d’un pictogramme « eau non potable ».

Pour plus d’informations sur les lois en vigueur à propos de la récupération des eaux de pluie : http://www.developpement-durable.gouv.fr/La-recuperation-de-l-eau-de-pluie.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *